Mini Drama – L’Asie et les festivités occidentales


Chine : L’Asie et les festivités occidentales


Shinatty : Eh, debout ! Debout !

*Chine marmonne dans son sommeil*

Shinatty : Tu vas rater cette belle matinée si tu restes au lit. Allez, debout et plus vite que ça !

Chine : *marmonne* Miaou… miaou… minou… tous les petits minous…

Shinatty : Bon, je voulais pas en arriver là, mais tu me laisses pas là choix !

*Shinatty lui déboite l’épaule*

Chine : Aiyaa ! Aïe ! Mais ça va pas la tête ou quoi, crétin fini ?! Qu’est-ce que t’as fait à mon bras ?

Shinatty : T’en fais pas. La prise invalidante de Shinatty, c’est juste temporaire !

Chine : Quelle compétence inutile ! Ouille, ouille, ouille… comme si j’en avais déjà pas plein le dos. J’ai travaillé toute la nuit, tu pourrais au moins me réveiller en douceur ! Remets mon bras en place, toute de suite, et fissa !

Shinatty : Tu oublies une chose très importante ! Les travaux forcés, c’est une occasion parfaite pour prendre conscience de ses responsabilités !

Chine : Mais qu’est-ce qui tourne pas rond chez toi aujourd’hui ?

Shinatty : C’est vrai, je suis rien d’autre qu’une contrefaçon, mais quand même, j’ai une famille à la maison qui me soutient.

Chine : Passionnant…

*Il retourne au lit*

Shinatty : Maintenant que tu comprends, vise-moi ça !

*Chine soupire, agacé*

Chine : Laisse-moi ! Je rêvais que j’étais assis sous un pêcher en fleur à côté de la rivière, à jouer de la flûte de bambou pendant que des petits oiseaux me tournaient autour… laisse-moi finir au moins ! Ah… un calendrier, et bien quoi ?

Shinatty : C’est la fête du printemps !

Chine : Oui, et ?

Shinatty : Comment ça, « oui, et » ? Le pays tout entier se préparer pour ce périple annuel ! Plus fort, les gars, plus fort ! Que ça rentre dans le crâne de ce pantouflard ! Plus fort ! Plus fort !

Foule : Voyage en voiture ! Voyage en voiture ! Voyage en voiture ! Voyage en voiture ! Voyage en voiture ! Voyage en voiture ! Voyage en voiture ! Voyage en voiture ! Voyage en voiture ! Voyage en voiture !


*Petite musique d’annonce*

Japon : Le premier mois de l’année lunaire, on célèbre la fête du printemps chez Chine. A cette période, nombreux sont ceux qui rentrent dans leurs villages natals. Le trafic est toujours cauchemardesque, soyez donc prudent si vous prévoyiez un voyage chez Chine à ce moment-là, à moins que vous ne préféreriez observer les habitants plutôt que les paysages.

*Fin de l’annonce*


Chine : *marmonne* Qu’est-ce tu veux dire ? Je vis ici, j’ai pas besoin de rentrer où que ce soit, donc laisse-moi dormir !

Shinatty : Très bien, le vieux, t’as pas besoin de venir. Je vais aller tout seul à Sichuan[1], j’y suis pas allé depuis au moins huit ans !

Chine : Huit ans, vraiment ? Attends, tu viens de me traiter de vieux, là, non ?

Shinatty : Tous les jours, je rêve de retourner dans mon village natal…

Chine : Ton… village natal ?

Shinatty : J’ai vécu dans une vieille ville historique. Elle était très tranquille et calme, douce et confortable. Même si on était plus pauvre que bien d’autres familles, je le savais, j’ai toujours été très reconnaissant d’avoir une belle femme et une fille adorable. Ma femme et moi avons travaillé dur chaque jour pour permettre à notre enfant d’aller au lycée. Cependant, nous n’avions toujours pas suffisamment pour l’envoyer à l’université. Sa seule option était de travailler à l’usine du coin dans un désordre d’heures. Je leur ai promis à toutes les deux que je réaliserais leur rêve, que je trouverais un travail et que je gagnerai plus à Pékin. *soupir* Mais les grandes villes sont impitoyables. Je suis là depuis huit ans et je n’ai toujours rien à leur ramené.

Chine : C’est donc pour ça que tu es venu à Pékin. Et moi qui étais si égoïste tout ce temps.

Shinatty : Enfin, c’est ce que j’aimerais bien dire.

Chine : C’est que du pipo tout ça ?

Shinatty : Pas vraiment. Un jour, pour sûr, je me trouverai une jolie femme ! La vérité, c’est que j’ai grandi dans une ruelle de Pékin, et maintenant je vis dans un petit appartement du côté le plus bruyant de la ville. La fête du printemps est bien ennuyeuse ici cela dit, donc je veux retourner dans un petit village tout seul juste pour faire style ! Tu peux pas t’arranger avec ton boss ?

Chine : Pourquoi je ferai ça ? En particulier pour quelqu’un qui est bien insolent dès le matin ! Je peux même pas encore bien bouger…

Shinatty : Eh eh, désolé pour ça. Je vais t’aider à t’en tirer en te confiant un truc top secret !

Chine : Oh, quoi ? Non, me dis pas !

Shinatty : Il est prévu de construire un Disney*tousse pour éviter les problèmes de copyright* à Shanghai. J’ai volé quelques plans pour toi !

Chine : Va rendre ça !

Shinatty : Dans ce cas, qu’est-ce que je peux faire pour te faire plaisir ? Oh ! Moi ! Tu veux me faire un câlin, pas vrai ?

Chine : Trop… trop mignon ! Mais je tomberai pas dans le panneau !

Shinatty : Mais je suis si adorable ! Franchement, y a qu’à me voir !

*Chine est subjugué*

Chine : Je veux faire un câlin… Ah ! Non, non, je n’en ferai pas !

*Shinatty rit*

Shinatty : Mon nœud papillon est mignon, non ? Oh et regarde ! C’est du rouge, ta couleur favorite ! Ça porte chance, le rouge, pas vrai ? Peut-être que le toucher t’apportera le bonheur éternel !

*Chine inspire profondément*

Chine : Vraiment, je peux ? Ah ! Non, j’écoute pas !

Shinatty : Regarde ! Est-ce que mon bidon est pas doux et rebondi ? Toucher un tout petit peu, ça peut pas faire de mal !

*Chine est subjugué*

Chine : Ah ! Arrête, arrête ! Ça marchera pas, je te dis !

Shinatty : Bon, d’accord. Allons dehors faire un peu de tai-chi dans ce cas.

Chine : Ok, ça me va.

Shiantty : Eh ben, tu t’en remets rapidement.

Chine : J’aurais pas fait long feu comme nation si j’avais pas su laisser couler ma rancune, tu sais.


*Shinatty souffle, satisfait*

Shinatty : Le soleil est haut et chaud. Un jour parfait pour faire du tai-chi !

Chine : Euh, avant que j’oublie, tu pourrais pas remettre mon bras en place là ? Allez, c’est un peu dégoutant à voir quand ça pendouille comme ça.

Shinatty : Tu sais, ton bras dans cet état me rappelle la posture de combat de star de cinéma hongkongais !

Chine : Mais oui ! Il était plutôt cool, pas vrai ?

*Un silence*

Chine : Mais remets mon bras en place !

Shinatty : Bah je peux rien y faire.

Chine : Aiyaa ! Mais t’avais pas… dit que… je… que… hein ?

Shinatty : Beaucoup d’embûches sont semées sur le chemin de la vie, mais la souffrance d’un simple individu va pas briser l’ordre cosmique du monde. T’as qu’à sourire et serrer les dents, ça passera tout seul. C’est la vie.

Chine : Mais qu’est-ce que tu me chantes, grand baratineur ? Si tu peux pas le faire, eh bien ramène-moi un médecin ! Un docteur, allez, hop !

Shinatty : Si j’avais l’argent pour voir un docteur, je préfèrerais plutôt jouer au mah-jong.

Chine : Je sais bien que c’est très cher, mais que je peux faire d’autre ? Un docteur ! Je peux pas faire du tai-chi dans cet état !

Taiwan : T’es bruyant, maître !

Chine : Taiwan ?

Taiwan : Tu dois garder le silence dans les lieux publics s’il te plaît ! Si tu es trop bruyant, tu feras fuir tous les oiseaux et mourir les fleurs.

Shinatty : Pardonne-le, le vieux est un peu sénile, il avait des réminiscences de son enfance !

Chine : Je suis pas un vieux ! Je suis jeune, cool et branché !

Taiwan : Cool et branché ? Ça te vieillit encore plus… mais qu’est-ce qui t’arrives, maître ? Ta posture… t’essayes de te la jouer comme la belle star hongkongaise ?

Chine : Mais pourquoi diable faut que ça vous rappelle tous cette idiote de star hongkongaise ? C’est ce gars dans ce costume trop mignon qui m’a fait ça ! Oh, c’est trop mignon ! Mais je peux pas lui faire de câlin !

Taiwan : Tu sais que c’est une contrefaçon, pas vrai ? J’ai plein de vraies chez moi, mais je devrai d’abord demander à Amérique la permission avant de t’en donner.

Chine : C’est pas mon principal problème… mais j’aimerais toujours leur faire un câlin plus tard. J’ai besoin d’un docteur tout de suite pour pouvoir rebouger le bras normalement !

*Taiwan pouffe de rire*

Taiwan : Le maître part en vrille !

Chine : Je te l’ai dit ! Je suis jeune, cool et branché !

*Shinatty rit*

Shinatty : Voilà que le vieux repart dans le passé !

Chine : Ferme-la !

*Taiwan rit*

Taiwan : Ben, c’est que tu es un papy, non ?

Chine : Boucle-la, montre un peu de respect à ton frère aîné !

Shinatty : Arrête de t’énerver, tu es pas drôle comme ça ! Je vais te dire, je vais te donner un truc secret que j’ai trouvé la nuit dernière, t’énerve pas !

Chine : J’en veux pas, de tes détritus trouvés dans la rue !

Taiwan : Que dirais-tu que je te donne un truc secret que j’ai trouvé la nuit dernière ?

Chine : Mais qu’est-ce que vous faites donc de votre temps libre, vous deux ? Quoiqu’il en soit, j’en veux pas ! Vous pouvez pas m’avoir à coup de « secrets » !

Taiwan : Maître, t’es sacrément têtu, pas vrai ?

Shinatty : Ah mais j’y pense, tu me vois, moi, non ?

Chine : Aiyaa… J’en peux plus. Jamais j’aurais cru qu’une discussion autour de la fête du printemps finirait ainsi… Très bien ! Je vais chez Hong Kong, comme ça je pourrai devenir une célèbre star de cinéma et me faire un max de blé ! Je pars donc à la prochaine !

Taiwan : Ah ? Alors tu veux retrouver ton bras, maître ?

Chine : Si ! Tu crois que je parlais de quoi ?

Taiwan : Oh, je croyais que tu faisais ça parce que tu pensais que c’était in et que tu voulais que les gens te prennent pour quelqu’un de cool ! Enfin bref, tu aurais dû le dire plus tôt ! Je peux t’aider, regarde donc, ok ? Prêt ?

Chine : Hein ?

Taiwan : Ok, c’est parti ! Bouge pas, d’accord ? Ho hisse !

*Taiwan remet son épaule en place mais tord le dos de Chine dans le même temps*

*Chine hurle de douleur*

Passant : C’était quoi ? Mais c’était quoi ça ?

Taiwan : Bon, c’est pas trop mal ! Et regarde, tout va mieux, maître !

*Chine grommelle et tousse*

Chine : Qui l’eût cru… que Taiwan était si forte ? Ah…

Passant : C’est extra, mademoiselle !

Taiwan : Vous trouvez ? Vous voulez que je vous le fasse aussi ?

Passant : Oui, s’il vous plaît !

Taiwan : D’accord ! Ça peut faire un petit mal cela dit.

Passant : Ah… bon ?

Shinatty : Je pense que je vais aller te chercher des compresses.

Chine : Tout est de ta faute, tu… *gémissement de douleur* Ah ! Je viens de me rappeler que j’étais supposé accueillir quelqu’un aujourd’hui ! Je peux plus rester jouer avec vous deux. Il faut que j’aille cuisiner. Quel idiot, mais quel idiot !


Japon : Voyons voir… après avoir tourné ici, je devrais me trouver dans la rue exacte qui mène chez Chine.

*Il étouffe un hoquet de surprise en percutant Finlande*

Finlande : Olala !

Japon : Aïe… Mes vieux os ne peuvent supporter autant de stress.

Finlande : Ah ! Je suis désolé ! J’aurais dû faire plus attention à mon chemin !

Japon : Non, tout va bien ! Je ne faisais guère plus attention.

Finlande : Hein ? Tu es… Japon, pas vrai ?

Japon : Plaît-il ?

Finlande : Ah ! Je suis Finlande ! Je pensais pas te voir dans le coin, quel hasard !

Japon : Ah, Finlande ! Comment vas-tu ?

Finlande : Je vais bien ! Et toi ?

Japon : Je me porte bien, mais qu’est-ce qui t’amènes par ici ? Tu vis bien plus au nord, n’est-il pas ?

Finlande : Oui, normalement, mais pendant la période de Noël, j’aime voyager à travers le monde !

Japon : Ce doit être éprouvant. Tu es si occupé à Noël, n’est-il pas ? Je comprends le sentiment.

Finlande : Comment tu fêtes Noël chez toi, Japon ? Dans le nord, on brûle des bûches et on accroche des décorations colorées aux fenêtres. C’est très beau ! On a même des calendriers de l’Avent !

Japon : Eh bien, vois-tu…


Commerçant : Très bien, l’équipe ! Cette année, ce sera le Noël le plus rentable de tous !

Equipe : Pas de rentabilité, pas de Noël !


Japon : Ceci ou bien…


Passant : (rire léger) On va passer la nuit de Noël dans un restaurant inutilement extravagant !

Passante : (rire léger) J’espère que tu m’as acheté un cadeau !


Japon : Comme ceci.

Finlande : Qu’est-ce qu’il y a Japon ?

Japon : Oh, rien ! Pardon. Seulement, je crains que nos festivités de Noël n’aient pas autant de spiritualité que les tiennes.

Finlande : Je vois. Oh ! Où est-ce que tu vas ?

Japon : Chine m’a invité chez lui à prendre le thé. Qu’en est-il de toi ?

Finlande : Je répands la joie de Noël ! Tenez vous autres !

Japon : La joie de Noël ? Qu’entends-tu par cela ? Ah… une carte de vœux ornée d’un sapin de Noël.

Finlande : Quand j’ai entendu dire que Chine avait interdit les sapins pour tout le monde, je me devais de faire quelque chose ! Je continue de croire que c’est dommage, mais il a jamais rien dit contre les images, pas vrai ?

*Ils croisent des passants*

Finlande : Joyeux Noël !

Japon : Oh ! Tu es bien sérieux à ce sujet !

Finlande : Je te souhaite de passer un merveilleux Noël, Japon ! Je dois encore distribuer d’autres cartes !

Japon : Prends soin de toi !

Finlande : A la prochaine !

Japon : Italie et Allemagne m’ont tous deux convié pour fêter Noël avec eux. Je n’ai pas grand hâte de faire face à la guerre des bénéfices saisonniers par moi-même. Je crois que ce n’est qu’une question de temps avant que je ne prenne une pause vis-à-vis de tout ceci. J’espère pouvoir trouver la maison de Chine. Je me perds toujours en la cherchant.


Chine : Rabattre ça de ce côté, l’enrouler ici, le retourner…

*On frappe à la porte*

Japon : C’est moi, Japon ! Désolé pour le retard !

Chine : Ah, euh…

Japon : Je euh…

Chine : Te voilà enfin ! *tousse* J’ai cru que t’arriverais jamais !

Japon : Cela faisait bien longtemps, Chine. Merci de m’avoir convié chez toi. Mais tu m’as l’air quelque peu fatigué. Est-ce que tout va bien ?

Chine : C’est juste que… j’aime pas trop voir à quel point tu as changé, Japon. Tu es si différent. Mais euh… *tousse* Merci de t’en soucier !

Japon : Tu étais occupé à quelque chose ? Il y a une très bonne odeur par ici.

Chine : J’ai préparé tous tes plats favoris ! Ça devrait être prêt dans une minute.

Japon : Merci, je meurs de faim.

Chine : Ça te ressemble pas, d’être aussi en retard. Qu’est-ce que tu faisais avant de venir ?

Japon : Je bavardais avec Finlande. Je l’ai rencontré en chemin.

Chine : Ah, c’est ce gamin qui vit près de chez Russie ! Mais qu’est-ce qu’il fait là ?

Japon : Eh bien… il répand la joie de Noël…

Chine : Noël ?!

Japon : Y a-t-il un problème?

Chine : Noël, c’est encore une de ces fêtes occidentales, et je veux rien avoir à faire avec ! Nous autres Asiatiques, nous devons nous focaliser sur les traditions asiatiques ! Je préfère encore passer mon temps à préparer le Nouvel An. Je trouve que cet interdit de sapin de Noël a fait un bon travail, tu crois pas ? Japon ?

Japon : Tout… tout à fait.

Chine : Parfait ! Donc tu vas me bazarder Noël et préparer le Nouvel An avec moi, pas vrai ?

Japon : Le Nouvel An ?

Chine : Oui !

Japon : Eh bien, j’aimerais bien, mais… mon Nouvel An est basé sur le calendrier grégorien…

Chine : Aiyaa ! Mais qu’est-ce que tu me chantes ? Le Nouvel An tombe le même jour que la fête du printemps !

Japon : Oui, d’après le calendrier chinois, n’est-ce pas ?

Chine : De quoi d’autres je parlerais ?

Japon : *marmonne* Bigre… Il y a trois semaines à un mois de différence entre mon calendrier et le sien. Si je passe trois semaines à l’aider avec son Nouvel An, je vais manquer les nouilles et les émissions spéciales du mien. Et je ne peux vivre sans !

*Il grogne frustré*

Chine : Aiyaa… De quoi tu te préoccupes, Japon ? Ah… j’ai compris. Si ça t’arrange, on peut juste oublier le tout, d’accord ? Tu fêtes plus la fête du printemps, si ?

Japon : Excuse-moi…

Chine : Mais c’est pas un problème ! Je vais t’aider à préparer tes festivités du Nouvel An et tu pourras venir m’aider pour le mien quand tu seras près ! Et tout le monde est content !

Japon : Ah, bonne idée ! Je suis certain de trouver un peu de temps pour venir !

Chine : Je me disais bien.

Japon : Je suis bien content de nous être mis d’accord. Il me semble que la nourriture est prête. Puis-je ?

Chine : Bien sûr, sers-toi !

Japon : Bon appétit ! Ah…

Chine : Stop ! Ne prends pas ta nourriture dans le plat principal avec tes baguettes ! Là, utilises une petite assiette.

Japon : Ah… c’est vrai, je m’en souviens. En tout cas, les ravioles semblent délicieuses. Ah, mais je devrais y ajouter de la sauce soja avant tout.

Chine : Ah !

Japon : Plaît-il ?

Chine : Ne mets pas trop de sauce soja !

Japon : Pardon ?

Chine : Tu manges une petite portion, pas vrai ? Donc tu devrais n’utiliser qu’un tout petit peu de sauce soja pour contrebalancer la saveur !

Japon : Tu… tu m’en vois vraiment désolé.

Japon (pensée) : Tss… voilà bien longtemps que je n’avais mangé avec lui, mais il est toujours aussi strict en matière de nourriture.

Japon : Merci pour le re-

Chine : Ah !

*Japon grogne de frustration*

Chine : Ne relève pas ton plat ! C’est la règle de base !

Japon : C’est vrai, pardon, je le repose ! Bon… appétit…

Chine : Ok, tu t’en sors très bien ! Ah !

Japon : Allons donc ! Où est ma faute cette fois ?

Chine : Ne prends pas de la nourriture en plus ! T’as pas encore fini ton assiette ! Ah ! La pâte de crevette est bonne pour toi, ne la gâche pas ! Ah ! Ne passe pas au-dessus de la table comme ça ! Stop, stop, stop ! Ne sépare pas la raviole en deux, croque simplement dedans. Ce sera encore meilleur !

Japon : Bien.

Chine : Voilà, très bien ! Enfin, tu compr- ! Ah ! Je t’ai dit ne pas passer au-dessus comme ça ! T’écoutais pas ou quoi ?

*Japon se retient de hurler*

Japon : Chine, tu me rappelles…


Parent asiatique : Tu n’as pas fini ton chrysanthème, donc pas de chou chinois pour toi ! Ah ! Ne pique pas dans plusieurs plats pour attraper la viande ! Mange tes légumes aussi ! Mange tes légumes ! Attends, attends, attends ! Tu ne peux pas mettre du tofu dans la même assiette que des nouilles ! Ça va pas la tête ou quoi ?


Japon : A ça, précisément…

Chine : Je t’ai fait des pâtés impériaux ! Si tu peux pas les finir, tu peux toujours les couper en deux et laisser la moitié dans le plat, mais pas s’ils ont touchés tes baguettes !

Japon : Merci !

*Il mange*

Japon : Ils sont exquis. Mais je suis repu !


*Chine soupire bienheureux*

Chine : C’était un repas délicieux !

*Japon est essoufflé*

Japon : Je suis… tellement… repu.

Chine : C’était comment, Japon ? Un délice, pas vrai ? Tu peux revenir la semaine prochaine, si tu veux !

Japon : Mais la semaine prochaine… c’est Noël.

Chine : Tss ! Noël… Je t’ai dit que j’en avais rien à faire ! Ça me dérange absolument pas que tu viennes manger la semaine prochaine !

Japon : Manger ?

Chine : J’ai la meilleure cuisine au monde, pas vrai ?

Japon : Je suis d’accord, Chine, tu es un cuisinier extraordinaire, mais… Chine ! Je viens de me rappeler que je serais occupé la semaine prochaine, donc je t’offre ton cadeau de Noël en avance !

Chine : Quoi ? Encore des trucs d’Occidentaux ? Mais si c’est toi qui me l’offres… Je l’accepterai.

Japon : Parfait, c’est tout ce que tu avais besoin de dire !

Chine : Qu’est-ce que t’as…

*Japon file comme le vent*

Chine : *confus* Mais où… ? Japon ? Eh oh Japon ? Qu’est-ce que tu m’as collé dans le dos ?


Japon : Chine… j’ai décidé… de passer Noël avec Italie et Allemagne.


Chine : Japon est parti. Mais qu’est-ce que ça dit ? « Kono… hito bukyô… desu[2] » ? Mais qu’est-ce que ça peut bien signifier, ça ? Zhège rén shì wǔshù jiā ? Ah, je laisse tombe !

*On frappe à la porte*

Chine : Hein ? C’est qui ?

Finlande : Bonjour ! Chine, tu es là ?

Chine : Mais c’est qui ça ? *soupire* Qu’est-ce que vous voulez ? Vous êtes un livreur ? Je suis assez en colère là, donc faites vite où je vous fous à la porte d’un coup de pied aux fesses !

Finlande : Olala ! S’il te plaît, non ! C’est moi, Finlande !

Chine : Finlande ? Ah, qu’est-ce tu veux à la fin ?

Finlande : Je t’ai apporté un cadeau de Noël ! Je sais que c’est un peu en avance, mais…

Chine : Encore un truc de Noël ? Et encore des bêtises occidentales…

Finlande : C’est Japon qui te l’envoie.

Chine : Quoi ? Japon ?

Finlande : Oui ! Avec cette lettre !

Chine : Eh ben, je vais le prendre dans ce cas !


Japon : Chine, excuse-moi pour ce vilain tour. Je t’offre un véritable cadeau cette fois.


Chine : Oh… mon petit frère m’a envoyé un cadeau. Mais qu’est-ce que c’est ? On dirait une boîte avec plein de petites portes.

Finlande : C’est un calendrier de l’Avent ! On s’en sert pour décompter les jours avant Noël. Chaque jour, on ouvre une des portes et on y trouve un bonbon ou un biscuit. C’est plus amusant d’attendre Noël comme ça !

Chine : Japon… il se soucie vraiment de moi !

Finlande : En principe, on est censé commencer dès le premier jour de décembre. J’espère que ça ne te dérange pas d’avoir un peu de retard.

Chine : Mais bien sûr que non ! Je vais le garder précieusement pour toujours puisque c’est Japon qui me l’a offert !

Finlande : Super ! Sur ce, je te souhaite un joyeux Noël ! A plus tard !

*Chine soupire*

Chine : Bon… vu que Japon m’a offert son cadeau, je suppose que les fêtes occidentales sont pas si mal après tout. Maintenant, voyons voir quelle délicieuse confiserie se cache derrière la porte du jour… Que… ?! Mais c’est pas une confiserie… c’est une petite figurine de Bouddha ! C’est horrible !

Japon : Alors Chine… as-tu apprécié mon présent ?


[1] Province du centre-ouest de la Chine

[2] Cette personne est un héros en japonais, puis en chinois

~ traduction : Oya’