Interview de Takagi Motoki (Hong Kong) à propos de sa character song


Désormais, l’anime Hetalia the World Twinkle est en cours de diffusion sur les plateformes d-Animestore et autres. L’anime, bien sûr, mais est aussi en cours de parution populaire la série des CDs des character songs. Sur chacun des 8 CDs en vente, deux chansons à l’image d’un personnage différent sont enregistrées, ce qui nous permet de profiter de charmantes chansons pour pas moins de 16 personnages.

Les interviews se sont poursuivies jusqu’à présent, et cette fois-ci, nous nous entretenons avec Takagi Motoki qui interprète Hong Kong pour sa chanson « Hoi Sam☆Belle ville» du character CD vol.8 de Chine (Kaida Yuki) et Hong Kong (Takagi Motoki) qui sort le 6 novembre (2015). Nous avons bien sûr parlé de l’enregistrement, mais aussi entre autres des passages marquants, des pensées cachées dans les paroles !

Un morceau d’autant plus plaisant à chanter en vérité !

– Bravo pour la fin de votre enregistrement. Tout d’abord, faites-nous part de vos impressions actuelles sincèrement.

Takagi Motoki (doubleur de Hong Kong, ci-dessous Takagi) : Plus qu’un morceau à chanter, ça m’apparaissait comme un morceau à danser, donc j’éprouve la même sensation qu’après le sport. Les paroles prenaient tellement de place. Les paroles étaient compressées sur 3 feuilles A4, j’ai été surpris. *rires* Quoi qu’il en soit, c’est une chanson dans laquelle les mots occupent tout. Et dans ce cas, il y a aussi beaucoup de lignes, du coup, si vous vous déconcentrez, vous allez forcément vous retrouvez ailleurs. *rires* Les mots étaient tellement nombreux que ça a créé des difficultés, mais dans l’ensemble c’est aussi un morceau enjoué, c’était très marrant.

– C’était un test physique, non ? Mais avez-chanté en vous amusant beaucoup ? Parce qu’elle dégage quelque chose de radieux.

Takagi : Oui ! Oui, tout à fait. C’était difficile mais l’amusement était au-dessus de tout. Pendant l’enregistrement, le staff m’a proposé de prendre une pause, mais je n’en ai pas pris et je l’ai fait d’une seule traite. C’était tellement amusant, amusant et génial.

– C’était un enregistrement amusant maintenant que c’est fini, mais qu’avez-vous pensé de « Hoi SamBelle ville » la première fois que vous l’avez entendue ?

Takagi : Je me suis dit que c’était stupide ! *rires* Dès le début, j’ai pensé que ça serait une chanson semblable à la précédente character song que j’avais chantée, et j’étais tout excité, joyeux ! *rires* On en arrive donc là ?… Les character songs créées  avec tant d’habilité m’ont toujours passionné.

– Le tempo est rapide, les paroles comme les répliques sont nombreuses dans cette chanson, est-ce que ce n’était pas difficile quand vous avez débuté l’entraînement ?

Takagi : Oh oui, c’était dur. Ça m’arrivait souvent de ne pas réussir à articuler. Même si je suis doué pour parler japonais, je n’arrivais pas à parler correctement, c’était des noms de lieux à Hong Kong, des noms propres, et il y avait énormément d’informations à propos d’Hong Kong, du coup, au début, ce n’était pas facile à comprendre et à chanter. De plus, il y avait plein de mots qu’on n’utilise pas souvent, de fait, les muscles de ma bouche fonctionnaient mal. Je me suis entraîné du mieux que j’ai pu, en me disant « bouge ! » *rires*

– Qu’est-ce qui a été le plus dur finalement pendant l’enregistrement ?

Takagi : « Sans mentir, la densité de population est la plus élevée du monde à Ap Lei Chau », ça, c’était difficile. En tant que mots, c’est banal et sans souci, ce sont des mots sans aucune difficulté, mais le tempo est rapide, et ma bouche n’arrivait pas à suivre. Même si c’est surprenant, les plus difficiles à dire ce sont les mots japonais. *rires* Après, les intonations en chinois sont difficiles et j’ai été guidé pour savoir comment élever les inflexions. Je pense qu’on retrouve souvent en décoration au-dessus des commerces le « 歓迎光臨 » [NDLT : panneau pour souhaiter la bienvenue] et il semble que ça se lise « Huānyíng guānglín. » Et moi, je le lisais tout naturellement « kangei kôrin » [NDLT : la lecture japonaise donc], mais à l’instar de ce mot, c’était la première fois que j’apprenais les différences de lecture et de prononciation.

– Comme ce sont des kanjis, on peut bien comprendre le sens, malgré tout, si on ne prend que la prononciation, il y a beaucoup de mots qu’on ne comprend pas.

Takagi : N’est-ce pas ? C’est pour ça que quand il y a des mots dont vous ne comprenez pas le sens lorsque vous écoutez la chanson, je me dis que ça serait intéressant que vous cherchiez par vous-même. C’est plutôt arrangeant, les mots écrits en kanji dans les paroles de Hong Kong sont nombreux, c’est facile de les chercher sur Internet.

– J’imagine que toutes les phrases sont marquantes, mais dites-nous quelle est la phrase la plus intéressante.

Takagi : C’est du yaourt, mais j’ai chanté des choses comme « yamcha, naichaa, chacha, naisu, karuchaa » ou « taifuun, kanfuu, hoachaa » et c’était très marrant. Si un jour la character song de Hong Kong venait à sortir au karaoké, je me demande si ça se ressentirait.

– On dirait un challenge lancé aux fans de karaoké.

Takagi : Mais oui ! En vérité, cette chanson donne l’impression d’un jeu où il faut jouer des sons. C’est très agréable quand les mots correspondent au rythme. C’est pour ça que je serais heureux si vous le chantiez comme si c’était un jeu. Seulement, il y a énormément de répliques entre parenthèses et c’est contraignant de chanter ça tout seul, mais comme c’est facile à découper en plusieurs, j’aimerais bien que vous le chantiez entre amis.

– Qu’avez-vous pensé quand vous avez appris qu’il y aurait une saison 6 ?

Takagi : « Il n’y en aura plus après », à chaque fois on se dit que c’est la dernière fois qu’on enregistre, mais en vérité, je vous le dis à tous, je n’ai jamais vraiment pensé ça. Tant que la Terre continuera d’exister, Hetalia continuera de croître, du coup, quand j’ai appris que la saison 6 avait été décidé, je me suis plus dit « je le savais ! » Bien sûr, j’ai aussi été surpris d’apprendre que ça allait se faire, mais c’est pour ça que je suis très heureux de pouvoir souhaiter un bon retour aux fans.

– Il y a peut-être aussi des fans qui pensent la même chose, que ça n’est pas la fin parce que c’est une œuvre qui dure déjà depuis longtemps.

Takagi : Quand j’y repense, ça fait vraiment un bail que ça a commencé, oui. Comme Hetalia est une série longue, des frères qui étaient jeunes et ne regardaient pas l’anime le regardent peut-être ensemble maintenant, une grande sœur qui entraîne sa petite sœur, ou encore une mère et ses enfants, c’est impressionnant de voir le nombre de fans qui ont hérité d’Hetalia.

– Vous jouez le personnage de Hong Kong depuis de longues années, Takagi-san, y a-t-il quelque chose que vous avez changé chez vous ?

Takagi : Ne pas fixer trop de règles. Cette character song est une chanson au rythme fort, comme si on pressait de questions, mais Hong Kong n’est pas un garçon qui s’investit vraiment et de loin, il fait les choses vaguement, à la cool et même parfois mollement. C’est pour ça que j’interprète jusqu’ici les chansons de ce personnage de façon insouciante. C’est pourquoi, je pense qu’il ne faut pas se contraindre sous prétexte que tel personnage est comme ça, donc on ne peut rien faire d’autre. J’ai toujours interprété Hong Kong en l’envisageant de cette manière. A chaque fois que je le double, je remarque souvent que ce personnage fait telle tête, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre de lui.

– Et donc, qu’y a-t-il à attendre d’Hetalia cette fois ?

Takagi : J’ai déjà pu chanter une character song pour Hong Kong par le passé, mais jamais en duo avec d’autres personnages. Peut-être parce que c’est un personnage qui a dû mal à se sentir investi, mais si je devais faire un vœu, ça serait d’essayer un duo. J’aimerais bien chanter avec Maître Chine, Angleterre avec qui il est profondément lié, mais j’aimerais aussi bien voir quelles seraient ses réactions s’il venait à rencontrer d’autres personnages.

– Donc c’est-à-dire que pour un duo vous prendriez pour partenaire Chine ou encore Angleterre, n’est-ce pas ?

Takagi : Pour chanter d’abord, oui. Cette fois, Chine et moi avons enregistré sur le même CD, mais ce n’est pas un duo, du coup, j’aimerais un jour avoir une chanson dans laquelle ils échangeraient des répliques. Si je souhaite un duo avec Chine, Angleterre… j’aimerais ensuite essayer avec Allemagne. Jusqu’où son état d’esprit peut passer avec Allemagne ? *rires* J’aimerais voir des duos improbables car c’est une œuvre riche en personnages. J’aimerais interpréter une chanson où Hong Kong rentre tapageusement dans Allemagne le sérieux. *rires*

– Merci beaucoup. Un message pour les fans qui attendent avec impatience la sortie de ce dernier CD, s’il vous plaît ?

Takagi : C’est une œuvre sur le monde, donc tant que vous le souhaiterez, et tant que la Terre sera, je pense que ça continuera à l’infini. Je serais content si vous l’appréciez pour toujours sur le long terme. De plus, « Hoi Sam☆Belle ville» peut paraître au premier abord difficile, mais au-delà de son tempo rapide, c’est une chanson au rythme docile, donc n’abonnez pas, entraînez-vous, et si elle sort dans les karaokés, essayez de la chanter avec vos amis.

Original

~traduction : Oya’