Interview de Namakiwa Daisuke (Italie) à propos de « Hetalian☆Jet »


S’il n’avait pas été en charge de la chanson thème, son tour ne serait pas venu ?! Interview de Namakiwa Daisuke, interprète de la chanson thème « Hetalian☆Jet » de l’anime « Hetalia the World Twinkle ».

En juillet 2015 sortira l’anime « Hetalia The World Twinkle ». Pendant l’attente grandissante des fans pour la nouvelle série qui va débuter après deux ans, le doubleur d’Italie, Namikawa Daisuke, interprète de la chanson principale, au thème similaire à la série historique, l’a présentée. Son nom : « Hetalian☆Jet. » Comme d’habitude, on attend avec impatience les paroles particulières pleines de sentiments mais aussi la chanson entière.

1427136905_1_1_109f10ba004bc3a0214768e32eaea6f3

Ainsi, cette fois, Namikawa Daisuke au sortir de l’enregistrement a accordé une interview. Cette entrevue fut riche, entre son enregistrement en tant qu’Italie, son personnage de longue date, les secrets cachés de « Hetalian☆Jet » et les sensations liés au retour dans le monde d’Hetalia.

  • Retour après longtemps dans le monde d’Hetalia

1427136905_1_4_c653d94c277171b68bf451960649f342

Pour commencer, qu’elle a été votre première impression en écoutant « Hetalian☆Jet » ?

Namikawa Daisuke (Italie/ci-dessous, Namikawa) : C’est une chanson comme les autres auparavant, avec un air entraînant et joyeux, et puis ce sont des paroles qui rentrent bien, sans réel sens ou profondeur. C’est une chanson thème qui ne change pas des autres, elle n’a pas de message. *rires* On peut la chanter sans penser à rien. Mais les paroles s’inscrivent dans la continuité des autres thèmes par le passé « Marukaite Chikyuu », « Hatafutte Parade » et « Mawaru Chikyuu Rondo. » C’est une chanson dans laquelle Italie qui, comme dans toutes les chansons thèmes, parlent de la plage, de la mer et autres, qui se rend compte qu’il a finit par s’envoler autour de la Terre. Moi aussi quand je l’ai entendu, je me suis dit « ah ouais, d’accord » mais au final, c’était plus… quelque chose comme revenir sur Terre. Comme ça faisait longtemps que je n’étais pas revenu sur l’anime aussi, j’ai fini par donner ce sens à la chanson thème.

C’est donc une chanson qui a précisément pour signification la relation avec les précédentes et le lien avec l’anime, n’est-ce pas ?

Namikawa : C’est ça. Les paroles sont vraiment comme d’habitude. *rires* En fait pour résumé, je pense que c’est du Hetalia tout craché. Jusqu’à présent les chansons se terminaient par « ♪Hetalia~ », et cette fois encore ça se finit par « ♪Hetalia~ ». J’ai été soulagé et nostalgique quelque part que ça n’ait jamais changé.

En écoutant la chanson, vous vous êtes donc dis « ça, c’est bien l’univers d’Hetalia. »

Namikawa : Oui, tout à fait. Quand nous avions fini d’enregistrer la cinquième saison, (Takahashi) Hiroki-san (Japon) m’a dit « Hetalia, c’est comme être en famille, donc je sais que nous nous reverrons. » C’est pour ça que je dis que je me sens un peu nostalgique. J’ai insufflé à la chanson ce sentiment, car on s’était revu comme promis par la suite, même si la saison 6 n’avait pas encore été décidée.

Pouvoir de nouveau entendre le mignon petit Italie de Namikawa-san est une des choses qu’on attend avec impatience.

Namikawa : Dernièrement, je n’ai pas eu l’occasion d’interpréter des personnages avec une voix comme celle d’Italie, ni chanter des characters songs avec une voix pareille, et de fait j’étais anxieux à l’idée de chanter le thème principal. Mais en écoutant la chanson, je me suis souvenu du monde vu par Hetalia, j’ai enregistré alors que le staff m’avait mis en condition, et j’ai chanté de tout mon cœur.

1427136905_1_7_df0f5452da074c33ce741c44207d152d

Cela faisait longtemps que vous n’aviez pas chanté en tant qu’Italie, mais est-ce que ça été dur de retrouver le bon ton ?

Namikawa : Oh, oui. Ça été très dur de retrouver la bonne sensation. D’habitude, même quand je suis moi-même, ce n’est pas simple, j’ai tendance à prendre direct une voix efféminée, donc pour le cacher, je suis obligé de chanter tout en me forçant à rester plus grave. Mais dans le cas d’Italie, comme c’est impossible de ne pas tout le temps utiliser une voix efféminée à 250%, je chante à plein poumon ce que je contenais grave jusqu’à maintenant. Quand le staff me dit que « celle-ci était mignonne », je me sens tellement embarrassé. *rires* C’est parce qu’on me le disait rarement ces temps-ci.

Quand vous chantiez en pensant à lui, quel a été le passage le plus difficile ?

Namikawa : Toutes les chansons d’Italie sont difficiles mais cette fois-ci, comme j’ai commencé sur une clé un peu plus basse qu’à la base, je l’ai relevé pendant l’enregistrement. J’ai eu du mal mais j’ai aussi donné du fil à retordre au staff. Relever la clé demande plusieurs choses et aussi une reconfiguration… Mais pour Hetalia, comme c’est très important d’enregistrer une chanson qui colle au personnage, on a avancé en travaillant sur cela, toute l’équipe regardant dans la même direction et j’avais moi aussi cette sensation.

  • « J’aimerais vraiment que les gens qui se sentent tristes l’écoutent » (Namikawa-san)

1427136905_1_10_d7a62626fe5b1b53edfcbf11ad0edfcd

La personnalité des personnages est importante, donc rien n’est laissé au hasard, ça fait bien Hetalia.

Namikawa : Au moins dans les chansons, je pense que le son est quelque chose d’essentiel. Mais, comme je ne suis pas très doué en chant, ça m’aide beaucoup de pouvoir ajouter plein de nuances venant du caractère du personnage.

Des character songs avec de telles paroles et un rythme pareil, il n’y en pas vraiment eu récemment.

Namikawa : En dehors d’Hetalia, je n’en écoute pas. En général, c’est parce qu’il n’y a pas de « Waooooh ! » dedans. *rires*

Peu importe l’œuvre, les characters songs sont toujours spéciales mais dans celles d’Hetalia, il y a forcément des mots étrangers, des caractéristiques du personnage, c’est un point majeur, et ça donne un bon aperçu du monde, n’est-ce pas ?

Namikawa : Tout est dans le vocabulaire que ce soit dans les chansons jusqu’à maintenant où l’œuvre d’origine, et moi aussi je dois beaucoup parler en italien, comme les salutations ou la façon de compter. Mais je ne parle pas du tout italien ! 7 ans que je sors de l’italien, je devrais être capable de chanter complètement dans cette langue mais, ce n’est pas encore vraiment ça… J’ai déjà du mal avec le japonais que je travaille encore. *rires* Cela dit, je progresse d’année en année !

Avez-vous des passages qui vous ont marqué, des parties préférées dans « Hetalian☆Jet » ?

Namikawa : Il y a pas mal de passages que je trouve marquant, mais comme je l’ai dit auparavant, j’en garde une impression de lien entre les chansons thèmes. Par exemple, dans le cinquième couplet, j’ai été marqué par la réplique « Nous sommes des habitants de la Teeerre ♪ ». Je pense que les répliques font très Hetalia. De plus, même s’il y a des termes négatifs, ils deviennent directement positifs et c’est intéressant.

Il y a une partie qui dit « ça fait tellement longtemps, chantons cette chanson, voilà c’est résolu » (NDLT : traduction très aléatoire sachant que ce sont les paroles de la chanson qui n’est pas encore sorti et qu’en trois lignes, il y a déjà deux jeux de mots avec le japonais…), le premier segment est inquiet et en seulement deux lignes on retrouve la joie de vivre ! Pour « Confrontatioooon avec le vaisseau spatial, salutations avec des pâtes, du vin, une chanson et de la danse », bien qu’il entre en confrontation avec un vaisseau spatial, avant tout, on salue. *rires* On chante que le début et la fin, vraiment. De toute façon, dans l’ensemble, c’est simple à comprendre. A l’époque où la série Hetalia a commencé, nous avions conscience que même des enfants écouteraient les chansons, qu’ils comprendraient et s’amuseraient, et donc, même des années plus tard, il restera encore ça.

Le fait d’aligner des mots simples à comprendre, ça donne une bonne sensation à l’oreille.

Namikawa : C’est très fluide, ça nous met de bonne humeur. *rires* Je pense qu’Hetalia ça doit être bien pour ça aussi.

1427136905_1_13_aa5f000e3530e24f4b0dfbbf0febb531

Bien, dites-nous en plus sur le contenu de cette chanson thème pour nous donner envie de l’écouter.

Namikawa : Tout le contenu donne envie. Elle communique de l’énergie, c’est une chanson qui donne envie de vivre, je pense, enfin bref, j’aimerais bien que vous l’écoutiez. J’aimerais surtout que les personnes qui se sentent tristes l’écoutent. Hetalia est une comédie, tout dans l’œuvre n’est-il pas exagéré ? « Hein, ça se termine comme ça ? » On a ce genre de réaction quand termine l’anime, surtout quand il n’y a pas d’explication. Mais le thème principal, c’est une chanson qui rend positif. « Aujourd’hui, ça va le faire », quelque chose dans le genre. *rires* C’est pourquoi, quand le CD sortira, j’aimerais que vous l’ayez entre les mains, un exemplaire par personne, et que vous l’écoutiez.

Merci beaucoup. Enfin, un dernier message pour les fans qui attendent avec impatience la saison 6 et cette chanson thème ?

Namikawa : Cinq saisons ont déjà été faites, il y a de plus en plus de diversité, petit à petit les apparitions ont diminué et donc, pour cette saison, pour ma part… c’est devenu capital de savoir si Italie allait apparaître ou pas. *rires* Mais puisque j’ai eu l’occasion de chanter le thème principal, j’ai fini par me dire « je suis là ! Je suis bien là ! » Parce que cette fois-ci, si ça n’avait pas été sur la chanson thème, ça aurait été compliqué. Après que le doublage classique a démarré, j’ai dû penser à plein de choses diverses comme à venir ici. *rires*

Pour ce qui est de l’anime, tout comme dans la saison 5, on avait eu droit à la présentation des Nordics en tant que nouveaux personnages, je pense qu’il y aura cette fois-ci encore de nouvelles têtes. C’est devenu une grande famille, mais il y a toujours les incontournables tels l’Axe, les Alliés et les personnages de la première saison. Je crois qu’ils apparaissent tous si on regarde bien. Comme je pense que c’est cool si ça devient un anime amusant avec une explosion de personnalités avec les nouveaux personnages comme les anciens, si vous vous trouvez un personnage favoris, j’en serais content.

Original

~traduction Oyanachi