Les Bateaux Noirs


■Les Bateaux Noirs se préparent à prendre la mer■

A cette époque, utilisait les baleines pour faire des bougies et de l’huile, ainsi que les ossatures qui composaient les jupes des femmes, c’est pourquoi la pêche à la baleine était une industrie importante. Ils les ont cependant tellement chassées, que le nombre de baleines aux alentours de l’Amérique du Nord chuta, ce qui entraîna plutôt Amérique dans le pétrin.

Et c’est là qu’ils remarquèrent Japon. Ils voulaient que Japon s’ouvre au monde, et obtenir la permission de chasser la baleine dans ses eaux. Perry vint au Japon pour leur faire construire un port où les navires pourraient s’alimenter en carburant. Quand je pense que Japon s’est ouvert juste à cause des baleines, je me sens un peu désolé pour lui.

■Les Bateaux Noirs sont là■

Et juste comme ça, en mai de la 15ème année de l’ère Tempô (1844), une recommandation d’ouvrir le pays arriva via les Hollandais.

Et par la suite, en janvier de la 7ème année de l’ère Kaei (1854).

■Les Bateaux Noirs l’avaient anticipé■

Histoire vraie.

■Les Bateaux Noirs se présentent■

Petit point inutile :

Le nom du bateau noir était Susquehanna.

Amérique a arbitrairement baptisé la Baie de Tôkyô « la Baie du Mississippi ».

■Les Bateaux Noirs boivent du thé■

En fait, il y avait quotidiennement des sessions de prières à la Court Impériale pour appeler les dieux à l’aide.

■Les Bateaux Noirs ont des demandes■

Amérique apparut subitement, et commença tout à coup à imposer toutes ces énormes demandes à Japon.

Par exemple : ouvrir les ports de Shimoda et de Hakodate, de fournir en matériel (comme le carburant et l’eau) aux Américains, secourir et accueillir tous les marins naufragés, et créer une colonie américaine à Shimoda.

Etablir un contrat unilatéral qui placerait Amérique en pays favorisé, etc.

« Et ne construisez aucune résidence de samouraï près de la colonie, ok ? » et ainsi de suite.

Japon ne put qu’accepter ces demandes en pleurant…

■Puis les Bateaux Noirs retournèrent en Amérique■

Original

Traduction : Oya’
Check : Bocchan
Edition : Guimette